Name

charlotte puertas

About

Vit et travaille à Lille

TEXTE DE JEAN-FRANÇOIS DANON

"Charlotte Puertas : un secret bien gardé"

Choisir la récente aquarelle « Le secret » (2014) pour vous donner envie de découvrir le travail de Charlotte Puertas s’est imposé.
Intrigue du choix de la petite dimension , de l’aquarelle le plus souvent et de la gouache, de la transparence et du recouvrement, du choix de la série appartenant à des univers très différents – montagnes, bustes, défigurations ou au hasard des jours –

Intrigue entre le petit, la réduction et la force de l’expression comme si ce cadre imposé était choisi pour retenir l’explosion. Explosion des couleurs, désarticulation des compositions avec une femme qui pourrait perdre le lierre planté sur sa tête ou voir s’envoler sa perruque, une femme disparaître derrière la montagne, les trois volcans de la montagne se réveiller en même temps.
Le débordement était manifeste lors d’une récente exposition à Morlaix en 2015. La peinture sortait du cadre du tableau.

Intrigue pour le croisement de différentes pratiques : dessin, aquarelle, gouache, film d’animation, voix et plus récemment sculpture.

Mais où est-on avec Charlotte Puertas ?
A l’orée du bois, dans un conte de fées où l’ogre fait peur. Les fleurs sont souvent noires et venineuses ou encore sauvages, aigre doux. Les chats sont verts à double tête, les buridans à fleur et le loup n’est pas loin. On se retrouve en montagne, quelque fois rouge ou à cinq seins.

Qui vous regarde ? Des faces d’hommes ou des perroquets à face humaine ? Ou tout simplement l’esprit de la montagne ?

Qui entend-on ? La voix de Charlotte Puertas qui raconte des histoires. On traverse la ville. On court. Il fait nuit ; les manèges de la foire du Trône ne sont pas loin quand on se retrouve Place Saint Sulpice.

Un travail d’entrelacement de traits, de formes, de noir et de stries de couleurs ; un travail pour une Alice au pays des merveilles de 2016 qui aime pénétrer dans les bois, qui apprécie la compagnie d’amis étranges qui la prennent par la main pour parcourir les montagnes. Un travail qui cristallise les formes et les couleurs à l’exact moment qu’il ne faut ni anticiper ni dépasser. Un travail qui s’inscrit dans des références picturales gardées secrètes à ce stade.

Anne Dufourmantelle dans un livre intitulé « Défense du secret » paru en 2015 parcourt les différentes facettes du secret : « mon premier est un trésor, mon second est un poison, mon troisième est le propre des dieux… mon dixième est synonyme de liberté, mon treizième est garant de la vie » et aborde plus particulièrement le secret au regard de la puissance de la création. « Le secret est puissance » dit-elle. « C’est une force motrice dont on explique mal la créativité » poursuit-elle.
Il est grand temps que vous découvriez le travail de Charlotte Puertas.

Jean-François Danon, Décembre 2015

TEXTE DE LOUIS DOUCET

“Les fantômes de Charlotte Puertas”

Les photographes les désignent sous le nom d’images-fantômes, ces effets, voulus ou non, qui contaminent une image en y superposant une autre, généralement plus floue. Ils sont générés, le plus souvent, par des reflets lumineux latéraux accidentels sur le verre de l’objectif, lors de temps de pose prolongés. Certains photographes, cependant, les cultivent et les suscitent. Les œuvres de Charlotte Puertas, et plus singulièrement celles sur papier, sont peuplées de tels fantômes.

Dans sa série des Parrots, par exemple, un visage humain apparaît dans le corps de l’oiseau. Ailleurs, la forme d’une chouette arrachée à un collage de Max Ernst émerge d’une grappe de raisins, une silhouette voilée du corps d’une montagne, une chimère d’une lucarne éclairée ou encore, dans un onirisme proche de celui d’Odilon Redon, un monstre débonnaire, roux, doté d’un seul œil, derrière une tête endormie, sans bouche, près d’une couronne jetée au sol.
Rien, cependant, dans cet exercice, qui puisse l’apparenter à un jeu, comme ceux que l’on propose aux enfants quand il s’agit de retrouver, par exemple, des animaux cachés dans un dessin à l’apparence banal. Pas plus qu’aux tests de Rorschach.

La pratique de superpositions et de métamorphoses d’images s’enracine dans l’expérience vidéographique de Charlotte Puertas.
Ses très brèves vidéos, produites à partir de dessins ani¬més, en recourant à l’ancienne méthode des cal¬ques successifs, en témoignent : La passoire, Le temps, et Maison, 2006, La trouée, L’acrobate, Mon désespoir est rangé dans une boîte et Souffle, 2009… Leur efficacité visuelle s’appuie, bien entendu, sur le principe de la persistance de l’image rétinienne, mais aussi sur le souvenir des aspects successifs que prennent les formes qui se modifient rapidement sous nos yeux : l’amaryllis qui pousse, fleurit, se mue en tête humaine, puis en crâne avant de s’évanouir dans le néant ; le désespoir représenté par une figure tentaculaire noire, qui se transforme en une sorte de tache d’encre suintante, puis en boule compacte, avant de retrouver, sous la forme d’un ectoplasme, sa caisse d’origine … Le tout, chaque fois, en moins de vingt secondes.

Dans ses œuvres graphiques sur papier, les images ne se suivent pas dans le temps, mais se superposent sur la feuille, sans qu’il soit toujours possible de déterminer quelle est l’image principale et quels sont les fantômes qui la contaminent. Il s’y développe un incessant phénomène de dissolution de la figure, de métamorphoses, démultipliées en abîme, donnant naissance à des images-fantômes superposées, à l’instar du processus mémoriel ou du rêve.
On dirait que les personnages se désincarnent, se retranchent dans leur propre ombre, créant une ambiguïté qui provoque la remontée d’autres images, surgies du rêve, de l’inconscient. Ces images sont foisonnantes, intrusives, inquiétantes ou drôles, toujours fascinantes, parfois pétrifiantes comme le regard de la Gorgone. Elles élargissent la vision de la figure en une réflexion qui peut prendre des dimensions cosmiques ou, à l’opposé, réveiller des souvenirs, des rêves, des représentations intimes. Elles appartiennent alors tout autant à l’artiste qu’à l’observateur, alimentant une sorte de promenade mentale dans les reliques d’un monde hybride, mélange de réalité, de rêve et de fantasme, dont on ne peut déterminer ni la distance ni l’appartenance.

Les fantômes de Charlotte Puertas le sont aussi au sens que la scolastique médiévale donnait à ce terme : images produites dans le cerveau par l’impression des objets extérieurs. L’artiste nous livre, sur le papier, les dessins floutés d’objets arrachés à son histoire personnelle, à son intimité. Ce sont les fantômes de son passé, nostalgique et attendrissant, comme en témoigne sa vidéo autobiographique La vie dangereuse, mai 2010.
Devenus images, le spectateur s’en empare à son tour, les intègre et les transforme en nouveaux fantômes dérivant, ceux-ci, de sa propre expérience. Cette mise en abîme devient arborescente, luxuriante, envahissante, avec autant de nouvelles branches que de conditions d’observations. Les images de l’artiste se greffent sur celles du spectateur, se métissent pour créer des monstres, dans le sens primitif de ce mot : choses qui s’écartent des normes habituelles. On pense, au Cauchemar de Füssli, mais aussi à cette réversibilité du regard que Baudelaire évoque quand les forêts de symboles observent l’observateur.

La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

Le processus est celui d’une introspection, d’une plongée vertigineuse dans l’intime, qui, comme un cyclone, entraîne, dans son tourbillon, simultanément l’artiste et le regardeur.
Mais peut-être faut-il voir aussi, dans ces manifestations, comme un cri de détresse, de protestation désespérée contre la solitude, contre cette part impénétrable de notre individualité qui résiste à toute tentative d’extériorisation. Un désir de fiancer les rêves, comme Bachelard l’écrit avec tant de pertinence : « dans la solitude nocturne, vous voyez passer les mêmes fantômes. Comme la nuit s’agrandit quand les rêves se fiancent. »

Quand il n’y a plus de fantômes à partager, il ne reste que la désespérance et la solitude… Sans rêve…

Charlotte Puertas, elle, agrandit notre nuit, notre vie… Nous la remercions pour cette grâce, même si elle nous entraîne dans une tornade impétueuse dont on ne sort jamais complètement indemne…

Louis Doucet, mars 2013

Resume

Download Resume

Education

Diplôme de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris
Beaux-Arts de Paris
Publication printemps 2017
Editions Cynorrhodon-FALDAC

Exhibitions

Nov 2017
Les filles de Gaïa at Sunart galerie, Maison des Arts de la ville d’Avray
Nov 2017
Mac Paris at Mac Paris, Bastille, Paris
2016 décembre 2017 janvier
Douze mois de passion at Le point virgule, Annick et Louis Doucet, Langueux
2016
“Fragile” at Galerie Mansart, Paris 75003
2015
“kvartinik” at commissaire Azad Asifovitch, Paris, France
2015
still moving at Galerie Vincenz Sala, Paris
2015
CorpssproC at Association “Fondation Christian & Yvonne Zervos”, Vézelay
2015
Vivre avec... at Collection de Marie-Pierre Deloeil, Lille
2015
Herbaria at Carte blanche à Réjane Louin, galeriste, aux “Moyens du bord”, Morlaix
2013
Coop at Coop en partenariat avec Pollen, Bidart
2013
”Dessin(s)” at Collectionneurs Annick et Louis Doucet, Commanderie des templiers, St Quentin en Yvelines
2013
Exil at Les salaisons, commissaire Laurent Quénehen, Romainville
2012
“Brèves rencontres” at Galerie MGE, commissaire Philippe Cyroulnik, Paris
2012
“Works on paper” at galerie uhn, Königstein, Allemagne
2012
invitation de Frédérique Lucien at "la couleuvre", saint-ouen
2012
"entre chien et loup" at Hôtel Elysées Mermoz, commissaire Olivier Breuil, Paris
2011
“Dessins en mouvement”, Commissaire Philippe Cyroulnik at Le 19, Crac de Montbelliard, Montbelliard
2011
"tout à coup", texte de claude Cattelain présentant le film at H du siège, Pascal Pesez et Philippe Bétrancourt, Valenciennes
2011
“Confusion sentimentale”, commissaire Philippe Cyroulnik at Foire Expotrastiendas, Le 19 Hors les murs , Buenos Aires, Argentine
2011
soirée projections at "les salaisons", commissaire Laurent quénehen, Romainville
2010
“Pollen” artistes en résidence à Monflanquin at "Pollen", directeur Denis Driffort, Monflanquin
2009
« Ligne à ligne », Commissaire Michel Nuridsany at Galerie Nationale d’Indonésie, Jakarta, Indonésie
2009
« Frémissements », Daniel Mézergues et Bernard Verdier at centre d’Art BBB, 
Forum de l’image, Toulouse
2008
« Vidéo formes 3 », Commissaire Adrien Pasternak at Galerie 10m2, Sarajevo, Bosnia and Herzegovina
2008
« Le chant de la sirène », Commissaire Christophe Cuzin at La Générale, Sèvres
2007
Jeune Création at La Bellevilloise, Paris
2007
«Vidéoisme # 7» at Mains d’œuvres, Saint Ouen
2007
Festival des «très courts» at Festival des «très courts», Iasi, Sibiu, Cluj-Napoca, Bacau et Timisoara, Roumanie
2005
«Première vue» commissaire Michel Nuridsany at Passage de Retz, Paris
2003
«Félicité» Commissaires Maria De Corral et Eric Corne at ENSBA, Paris

Experience

interventions
milieu scolaire et milieu carcéral

Location

France